Les hommes de la Belgique de l’Est

Les habitants de la Belgique de l’Est vivent dans une région centrale européenne possédant un accès facile à quatre pays différents (B, A, PB et L). Ils s’identifient par la langue allemande ou la langue française; ils ont grâce aux médias et aux contacts quotidiens un rapport étroit à l’espace culturel allemand ou/et la région romane.

Les germanophones sont des belges loyaux, en général dévoués à la monarchie; ils se sentent respectés par l’Etat depuis que l’allemand est reconnu comme l’une des trois langues officielles et langues rédactionnelles. L’autonomie politique en tant que communauté germanophone a considérablement contribué à ce que la population germanophone se considère comme une composante intégrale de l’Etat belge. Pour les francophones du canton de Malmedy, ce changement fut plus facile à partir de 1920.
 


Au cours des dernières années, la population a fortement augmenté, principalement au nord. La raison se situe principalement dans le mouvement migratoire entre la République fédérale d'Allemagne et la Belgique: de plus en plus de citoyens allemands s’expatrient dans le Royaume de Belgique voisin car les prix de l’immobilier y sont largement plus faibles et ils y profitent en outre également d’avantages fiscaux considérables. Ainsi, la commune de Raeren compte actuellement environ 45 % d’habitants allemands et la commune de La Calamine (Kelmis en allemand) environ 30 %.

Sur le plan linguistique, les citoyens germanophones n’ont aucun problème d’intégration car la langue maternelle de la plupart des belges de l’Est, comme évoqué déjà plusieurs fois, est l’allemand. La multiplicité linguistique en Belgique de l’Est est en raison de la proximité de communes francophones, de la proximité des frontières et de l’importance de la langue française et de la langue néerlandaise en Belgique fortement encouragée: La plupart des belges de l’Est parlent trois, voir pour la plupart quatre langues (allemand, français, néerlandais et anglais).

Densité de population

Au 1 janvier 2006, la Belgique de l’Est compte précisément 91676 habitants (87,28 hab./km2). Toutefois, les densités de population dans le canton d’Eupen (nord), dans le canton de Malmedy (sud) et dans le canton de St. Vith (sud) sont très différentes:

- Canton d’Eupen: 43806 habitants – 194,86 hab./km2
- Canton de Malmedy: 18557 habitants – 94,25 hab./km2
- Canton de St. Vith: 29313 habitants – 46,6 hab./km2
 
La différence démographique nord/sud est particulièrement claire lorsque l’on compare la commune située la plus au nord et la commune située la plus au sud:

- La commune la plus densément peuplée de l’ensemble du territoire est La Calamine
(573,73 hab./km2)
- La commune avec la densité de population de population la plus faible est Burg-Reuland
(35,82 hab./km2)

La Belgique de l’Est représente 3,44 % de la surface de la Belgique et héberge 0,87 % de sa population.


En comparaison: Le quotient de densité de population s’élève à 344,32 pour la Belgique, pour la Wallonie à 203 et pour les Flandres à 450. La région bruxelloise a une position d’exception car il s’agit en effet principalement d’une zone de concentration urbaine: 6.312.
 
Les hommes représentent avec 49,51 % une part légèrement plus faible de l’ensemble de la population de la Belgique de l’Est, les femmes avec 50,49 % la majorité (cf. Belgique: hommes: 48,94 %, femmes 51,06 %). Toutefois, un changement a eu lieu ces dernières années au profit des hommes.

Source: INS/WSR/ABEO

< page pécédente